Journée Internationale des droits des femmes: la célébration du leadership féminin sans faste ni solennité

Journée Internationale des droits des femmes: la célébration du leadership féminin sans faste ni solennité

Le 08 mars est une journée, selon les Nations unies, pour mettre en avant la lutte pour les droits des femmes. Mais cette année,  en raison de la pandémie de COVID 19,  les festivités n'auront pas lieu sur l'ensemble du triangle nationale.

Les femmes ont souvent pour habitude lors de cette cérémonie de se draper dans le pagne imprimé pour la Journée, assister à un défilé de femmes, marcher quelques mètres entre elles, recevoir une quantité de présents et distribuer autant de dons, exécuter quelques pas de danse, embrasser maintes joues de femmes. À la tribune, on retrouve généralement des femmes de ministres, de députés, de dignitaires, de hauts dignitaires.... se saluer tout en étant souriante.

Malgré l'annulation des festivités, nous ne pouvons pas manquer d'’évoquer les mobilisations mondiales des femmes en faveur de leurs droits, de l’égalité et de la justice. Nous ne pouvons pas manquer d'interroger les silences de nos compatriotes ou ceux des Africaines victimes d'abus. Nous ne pouvons pas manquer de piquer une colère sur les secrets de Polichinelle : le harcèlement sexuel, des bancs de l’école au travail, la violence dans le couple et hors des foyers ou encore la discrimination à l’encontre des femmes, depuis la ville jusqu’aux campagnes.  Nous ne pouvons pas manquer de faire cause commune surtout avec les militantes qui suscitent le débat, en dénonçant une « africanité » imbécile, les mutilations, le mariage précoce, l’hyper sexualisation des filles et des femmes, la prostitution qu’on organise, les traditions qui arrangent, la modernité dont on s’arrange, l’infériorité en soi des femmes en Afrique, les droits des femmes appliqués au vocabulaire, l’évolution des mentalités confinée à la grammaire...

  s'il est vrai qu'elles ont été les principales victimes de la pandémie du Covid  19 , non seulement dans le domaine économique   car  elles travaillent le plus   souvent dans des  secteurs vulnérables ou informels et que la pandémie a aggravé les inégalités existantes dans ces secteurs du fait de systèmes de protection sociaux ou économiques  défaillants,  il n'en demeure pas moins que nous avons vu le leadership féminin s'exprimer. En effet, les pays ayant des femmes dans les postes de leadership sont ceux qui ont le mieux géré les effets du virus ( La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le président taïwanais Tsai Ing-wen et la chancelière allemande Merkel ont pourtant de bons résultats dans la lutte contre l'épidémie.)   De même qu’il a été démontré que les femmes ont représenté toutes catégories confondues  la  part la plus importante du personnel de santé dans la majorité des pays. Ce sont elles  en effet , qui ont  pris la plus grande part de surcharge dans la  gestion de la crise sanitaire,  et ce sont elles aussi qui ont pris la responsabilité des  services domestiques supplémentaires provoqués par les mesures de confinement plus ou moins généralisées a travers le monde .

 Un leadership qui semble avoir de plus en plus le vent en poupe ces derniers temps avec la nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala comme  première femme et première Africaine à la tête de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), une institution quasi paralysée qui n'arrive plus à remplir sa mission. Que dire de  Djaïli Amadou Amal qui a reçu le Prix Goncourt  des lycéens grâce à son oeuvre "les impatients".  Louisette Renée Thobie qui vient d'être élue secrétaire général à la conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie (CONFEJES). Même au sein de l'église catholique avec la nomination de La Française Nathalie Becquart qui est devenue, samedi 6 février, la première femme nommée sous-secrétaire du Synode des évêques et aussi  la première femme à obtenir le droit de vote au Synode.

 Une journée qui permet donc de mettre en exergue le leadership féminin comme nous rappelle le thème retenu pour cette année à savoir : « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ».

 Un leadership qui trinque avec le succès, déjeune avec l'évolution et se promène avec la bénédiction.

*BONNE JOURNÉE À TOUTES LES DAMES*

Author’s Posts