Décès de HAMED BAKAYOKO : vide politique et parcours tragique des premiers ministres en côte d'ivoire

Décès de HAMED BAKAYOKO : vide politique et parcours tragique des premiers ministres en côte d'ivoire

   C’est une figure majeure de la vie politique ivoirienne qui vient de disparaître. Le Premier ministre de Côte d’Ivoire, Hamed Bakayoko, est mort mercredi à l’âge de 56 ans dans un hôpital en Allemagne des suites d’un cancer, huit mois après le décès de son prédécesseur.

 Syndicaliste étudiant, fondateur du journal _le patriote_,  patron de *Nostalgie*, la première station de radio privée du pays,  puis Ministre des nouvelles technologies après les accords de Marcoussis, de l'intérieur en 2011, puis de la 2017 et premier ministre depuis mi-2020,   son départ brusque ce 10 mars laisse un grand vide sur la scène politique ivoirienne.  Car, cet homme de consensus avait pu démontrer son habilité à concilier les différentes fractions.

  Il avait des qualités de rassembleur qui se sont révélées utiles au mois de décembre 2020, lors du dialogue politique.  D'ailleurs, pour s'en convaincre,  la conséquence de ce dialogue politique est l'organisation pour la première fois de ce qui est considéré par bon nombre d'observateurs comme l'élection législative la plus inclusive de l'histoire où même les partis qui avaient pour habitude de boycotter les scrutins ont pris part.  Homme de compromis, trait d'union entre le pouvoir et l'opposition,   il pouvait prendre le petit déjeuner avec Gbagbo Le matin,  déjeuner avec Bedié à midi et dîner avec Ouattara le soir comme en témoigne l'interview accordé à RFI ce 11 mars par le chercheur Sylvain Nguessan.

   Peut-on parler de coïncidence  tragique lorsque ce décès intervient 09 mois après celui du premier ministre Amadou Gon Coulibaly? Le peuple est donc porté quand une telle figure du champs politique,  dont l'influence a été plus ou moins considérable,  à attribuer sa mort à une puissance occulte.  Ce d'autant plus que l'actualité politique en côte d'ivoire offre ces derniers temps un échantillonnage troublant de morts étranges pour le grand public.  Des morts qui excitent beaucoup l'opinion publique parce qu'elles touchent directement les dauphins ou potentiels successeurs de Alassane Ouattara.  Un drame personnel pour ses proches et sa famille politique dont le traitement scandaleux sur les réseaux sociaux autorise toutes les questions. Ces morts en cascade des premiers ministres demeurent suspect aux yeux  de l'opinion publique et sèment davantage le trouble dans les esprits.

 À bien des égards,  la mort est un mystère personnel au seuil duquel chacun devrait se taire pour se recueillir.  Mais quand il s'agit d'un ministre,  à plus forte raison un premier ministre,  comment empêcher qu'elle devienne une affaire de tous? Pas un ivoirien qui ne soit aujourd'hui troublé par la fin brutale de ces deux hommes politiques.

 Personnalité politique respectée pour son attachement aux valeurs républicaines, il fut une grande figure de la scène politique de son pays. Avec sa disparition, la côte d’Ivoire perd un homme de conviction. C'est le monde la politique qui le pleure,  le milieu culturel qui est dans le chagrin,  sa famille qui est et son pays qui l'exalte.

Author’s Posts