Les compagnies aériennes africaines face à la Covid-19

Les compagnies aériennes africaines face à la Covid-19

Fermeture des frontières, quarantaine et verrouillage. Ces mesures strictes de lutte contre la pandémie ont failli paralyser les voyages nationaux et internationaux en 2020. Mais malgré les pressions économiques ressenties par les compagnies aériennes africaines, la volonté de survivre était bien présente.

Ethiopian Airlines, la plus grande compagnie aérienne commerciale d'Afrique, s'est rapidement diversifiée dans le domaine du fret. En Afrique du Nord, Royal Air Maroc a choisi d'offrir des assurances gratuites aux clients contaminés qui reprenaient le vol.

Ignatius Annor, d'Africanews, s'est entretenu avec Phuthego Mojapele, expert en aviation basé à Johannesburg : "l'industrie aérienne en Afrique a vraiment connu une période de turbulences comme tous les autres pays ou continents du monde. Et je pense que l'Afrique n'a pas été épargnée. Mais si vous regardez comment nous avons fait les choses en Afrique ; en essayant de garder nos avions dans le ciel et en nous assurant que nous relions l'Afrique, cela a toujours été difficile à faire. Nous avons réussi à le faire grâce à Ethiopian Airlines, dont nous savons très bien qu'elle se porte fantastiquement bien."

Dans l'est du Cameroun, une coopérative mobilise les femmes pour qu'elles se tournent vers l'agriculture vivrière comme une autre source de revenus. Le village de Gbanam est principalement une communauté minière. Grâce à un projet pilote mené par une ONG, ces femmes peuvent maintenant espérer cumuler des ressources.

"Au départ, nous étions toutes dans le secteur minier avant que "Foder" ne nous propose des alternatives. J'ai réalisé que l'idée de se regrouper dans une coopérative pour mener des activités alternatives est importante pour la famille. Parce que vous pouvez avoir de l'or, et même de l'argent, mais vous n'avez rien à manger ou à acheter", a déclaré Marguerite Diza, présidente des femmes dynamiques de Gbanam.

Enfin, le Nigéria est devenu le deuxième plus grand marché de bitcoin au monde après les États-Unis. C'est ce qu'affirme Paxful, une des principales plateformes de commerce de bitcoin. Les Nigérians sont souvent limités sur les plateformes mondiales qui n'autorisent pas les paiements vers le pays. C'est, entre autres raisons, peut-être la raison pour laquelle les Nigérians choisissent d'échanger, d'acheter ou de vendre en utilisant la technologie des Block Chains.

Author’s Posts