Mali : Quatre casques bleus tchadiens tués dans une attaque djihadiste

Mali : Quatre casques bleus tchadiens tués dans une attaque djihadiste

La scène s'est déroulée hier, vendredi 2 avril, dans le nord-est du Mali. Des individus armés ont pris d'assaut le camp des casques bleus à Aguelhok, faisant quatre morts et plusieurs blessés.

Dans un communiqué publié hier matin, la Minusma indique que  : "Les Casques bleus ont vaillamment repoussé une attaque complexe perpétrée par plusieurs terroristes lourdement armés (...) à Aguelhok". Selon des sources onusiennes et tchadiennes : " Des hélicoptères ont été dépêchés pour évacuer les blessés. Les assaillants ont subi de lourdes pertes, dont plusieurs morts laissés sur place’’.

"Deux positions de nos forces ont été attaquées ce matin à Aguelhok, nous avons perdu quatre éléments, dont le chef du détachement de nos forces, et enregistré 16 blessés", a déclaré à l'AFP une source militaire tchadienne ayant requis l'anonymat. Selon la Minusma, l'attaque s'est produite vers 6h15 du matin dans cette localité située à un peu moins de 200 km du poste frontière avec l'Algérie.

Dans son communiqué, la Minusma "salue le courage et la bravoure des Casques bleus et remercie les Forces internationales pour leur appui aérien". La Minusma "condamne fermement cette ignoble attaque terroriste, énième tentative contre le processus de paix (...) qui n'entamera en rien sa détermination à poursuivre la mise en œuvre de son mandat". Presque au même moment, deux soldats maliens ont été tués et six blessés dans une attaque également attribuée aux djihadistes à Diafarabé, une ville du centre du Mali située sur le fleuve Niger, selon une source militaire malienne s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Des attaques à répétition

Depuis 2012 et le déclenchement de rébellions indépendantistes puis djihadistes dans le nord, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts parmi les civils et les combattants et des centaines de milliers de déplacés, malgré le soutien de la communauté internationale et l'intervention des forces onusiennes, africaines et françaises. La crise s'est étendue au Burkina Faso et au Niger.

 AfriqConnect avec l'AFP

Author’s Posts