Cameroun : Un lion tué après avoir attaqué les habitants dans la région de l'Extrême Nord

Cameroun : Un lion tué après avoir attaqué les habitants dans la région de l'Extrême Nord

Au moins 11 personnes ont été blessées lors d'une attaque au lion dans le village de Woulki, dans la région de l'Extrême Nord du Cameroun. L'animal a ensuite été abattu par les forces de sécurité.

L'incident s'est produit dans la nuit du 20 février 2021 dans la subdivision de Makary, Logone et Chari pendant l'attaque. Les forces de sécurité se sont précipitées à Woulki et ont tué le lion en légitime défense.

Les victimes ont été immédiatement transférées à l'hôpital du district de Makary pour y être soignées et aucun décès n'a été enregistré.

Dans une déclaration publiée par Njigba Jean David, le délégué régional de l'Extrême Nord de la forêt et de la faune a déclaré que "l'animal a été abattu par les forces de sécurité en état de légitime défense alors que le corps sans vie du lion a été remis à la délégation de la sous-division de Makary pour les forêts et la faune".

Le délégué régional du Grand Nord pour de la forêt et de la faune a rassuré les gens en leur disant que le lion avait été tué et qu'ils pouvaient "se déplacer librement et mener leurs activités quotidiennes depuis que le danger est passé".

Cependant, la tête du lion a été coupée par la suite et sa tête a été exposée par les forces armées comme un trophée, suite à une image circulant sur les médias sociaux. Cette image a suscité une controverse parmi les Camerounais, car beaucoup considéraient le meurtre de l'animal comme un acte illégal.

On ne sait toujours pas si le lion s'est échappé d'un parc avant d'attaquer les habitants ou non, mais l'un des principaux parcs nationaux du Cameroun, le parc national de Kalamaloué, qui se trouve dans la division du Logone et du Chari, n'est pas loin du village de Woulki.

Un événement similaire s'est produit récemment en 2019, lorsque des agriculteurs ont fui leurs maisons après que des lions aient attaqué et tué 53 de leurs vaches en quinze jours dans les villages d'Adimbi, de Djole et de Djinga, dans la région.

 

Author’s Posts